" Stupeur et tremblements" de Amélie Nothomb

Publié le par Hanaelle

 

http://www.luiggisansonetti.fr/cours/L2I01/Sites_Archives_0809/g4_13/image/stupeurettremblements.jpg

 

Présentation de l'éditeur

 

Au début des années 90, la narratrice est embauchée par Yumimoto, une puissante firme japonaise. Elle va découvrir à ses dépens l'implacable rigueur de l'autorité d'entreprise, en même temps que les codes de conduite, incompréhensibles au profane, qui gouvernent la vie, sociale au pays du Soleil levant. D'erreurs en maladresses et en échecs, commence alors pour elle, comme dans un mauvais rêve, la descente inexorable dans les degrés de la hiérarchie, jusqu'au rang de surveillante des toilettes, celui de l'humiliation dernière.

 

Poche: 186 pages

Editeur : Le Livre de Poche (1 juin 2001)

Collection : Littérature & Documents

Langue : Français

ISBN-10: 2253150711

ISBN-13: 978-2253150718

  

Pourquoi ce livre ?

 

J'ai trouvé ce livre dans un brocante et je l'ai acheté parce qu'Amélie Nothomb est une auteur très connue et que j'ai beaucoup entendu parler d'elle. De plus, étant passionnée par la culture japonaise, le synopsis a attiré mon attention.

A noter que ce livre est dans ma liste pour le challenge "Je vide ma bibliothèque"

 

http://img16.imageshack.us/img16/5773/livresu.png

 

De quoi ça parle ?

 

C'est l'histoire du choc de culture entre une occidentale et le Japon. Amélie est embauchée dans une grande firme japonaise en croyant y être traductrice....

Elle se rendra compte de son erreur bien vite...

 

Et t'en penses quoi ?

 

Je l'ai lu dans le train en deux heures top chrono. C'est donc un livre qui se lit vite. Très vite.

Je découvre Amélie Nothomb et ce que je croyais être un roman s'est révélé être une partie de sa vie.

Le livre montre une facette pas très reluisante de la société japonaise et on est en droit de se demander si elle n'exagère pas un peu, notamment sur les rêves brisés des femmes nippones. J'ai trouvé que cette partie peignait vraiment un tableau noir quand même...

Cependant, le monde du travail est vraiment bien dépeint, et je pense qu'elle n'en rajoute pas. C'est un monde au protocole rigoureux et strict qu'il n'appartient à personne de contrecarrer sans voir sa carrière être détruite. Amélie le découvre bien assez vite et en paie les frais.

Franchement, à voir ce qu'elle faisait au début, je me suis même demandé pourquoi ils l'avaient embauché. Non mais sérieux ? Faire cinq fois des photocopies d'un paquet de mille feuilles juste parce qu'elles sont mal cadrées ??

 

Pour ce qui est de l'écriture, c'est facile à lire, et on se prend tout de suite au jeu de cette plume qui manie la dérision à merveille. Je n'ai pas vraiment rigolé, mais j'étais plutôt dépitée par ce qui lui arrivait. Finir "madame pipi" quand on a le rêve de faire carrière au Japon c'est quand même dur... Mais bon, quand on voit ce que cette auteur est devenue, on ne peut que se féliciter de cette aventure ! Imaginez... Elle serait peut être restée traductrice dans cette firme à jamais...

 

En conclusion ?

 

Une bon livre qui se lit rapidement. A conseiller à tout ceux qui veulent partir vivre et travailler au Japon. ça peut ouvrir les yeux.

Pour les autres, une bonne manière d'arrêter de se plaindre de son patron peut être... On est pas si mal que ça dans les entreprises françaises non ? (Enfin pas dans toutes quand même lol)

 

Je retenterais l'aventure Nothomb. Un livre à me conseiller ?

Publié dans Chronique littéraire

Commenter cet article