Shame

Publié le par Hanaelle

 http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/81/98/98/19841064.jpg

 


 


Date de sortie: 7 décembre 2011 (1h 39min)

Genre: Drame

Nationalité: Britannique

 

Synopsis : Le film aborde de manière très frontale la question d'une addiction sexuelle, celle de Brandon, trentenaire new-yorkais, vivant seul et travaillant beaucoup. Quand sa sœur Sissy arrive sans prévenir à New York et s'installe dans son appartement, Brandon aura de plus en plus de mal à dissimuler sa vraie vie...

 

Casting



Réalisé par: Steve McQueen (II)

 

Avec


Michael Fassbender Rôle : Brandon

 

Carey Mulligan Rôle : Sissy

 

James Badge Dale Rôle : David

 

Nicole Beharie Rôle : Marianne 

Et tant d’autres…

 

Pourquoi ce film ?

 

Je suis dans une grande période Michael Fassbender en ce moment. Je ne pouvais donc pas passer à côté de “Shame”, rôle qui lui vaut plusieurs nominations et quelques prix et qui fait le buzz ces temps ci. J'ai donc été dans un coin perdu pour trouver un cinéma qui le passe encore. En VO. Parfait !



De quoi ça parle ?

 

Brandon a tout pour être heureux. Un bon travail. Un bel appartement. La vie pour lui. Mais il est atteint d'une addiction. Il est sex addict. Le sexe dirige sa vie et il enchaîne les conquêtes sans les compter. Mais cette apparente vie bien réglée, ce travers bien caché, va sortir de l'ombre alors que sa soeur s'incruste chez lui. Elle va vite découvrir la « honte » de son frère... Et lui, se rendre compte du gouffre dans lequel il est...



Et t'en penses quoi ?

 

Quel film ! En tout cas il est clair que ce n'est pas un film qui laisse indifférent. Je pense que c'est le genre de film qu'on déteste ou qu'on adore. Il n'y a pas de juste milieu.

Pour ma part, j'ai adoré. Et non ce n'est pas seulement parce que Michael a un rôle superbe dedans. Et qu'il joue merveilleusement bien.

Le film en lui même parle de la solitude, de la chute d'un homme qui ne s'en rend vraiment compte que quand le pire arrive.

 

Pour ce qui est de la réalisation, j'ai bien reconnu le style de Steeve McQueen II pour avoir déjà vu « Hunger » (Aussi avec Michael...) On retrouve les plans fixes, les longs silences. Sa réalisation est très visuelle, très intense. Parfois gênante tant on à l'habitude que tout soit verbalisé et expliqué dans les films. C'est une réalisation qui est très belle aussi. Dans Shame surtout, certaines scènes sont sublimes que ce soit le footing de nuit avec les changements de lumières, ou bien certaines scènes de sexe particulièrement bien tournées...

Car oui, il y en a. Et ça n'en fait pas un porno pour autant même si les âmes prudes feraient mieux de s'abstenir.

Franchement, vu les quelques critiques de détracteurs que j'avais lu, je m'attendais à pire. Peut être est-ce parce que j'étais dans le film et que du coup, je voyais plus la tristesse de Brandon que l'acte en lui même. La fin est particulièrement poignante tellement on voit la souffrance dans les traits de Michael. C'est joué à la perfection !

 

La musique nous permet aussi de rentrer dans le film. Et quelle musique ! J'ai eu la chair de poule à chaque fois qu'elle résonnait. Et puis la chanson de Sissy... Superbe... Et la musique monte en puissance en même temps que le film pour se terminer en apothéose; Et on tremble en s'imaginant ce qu'il peut se passer à la fin... Et on tremble d'émotion en voyant la fin...

J'ai tellement été touchée par la détresse de Brandon...

 

En conclusion ?

 

C'est un film qu'il faut voir. Il ne faut pas s'arrêter sur les images de sexe qui peuvent peut être dérangeantes, mais plus voir le côté addictif. A quel point tout cela lui bouffe la vie. A quel point il est enfermé sur lui même jusqu'au point de non retour et jusqu'à ce que le pire arrive.

Là, seulement il se rend compte de ce qu'il se passe...



Dérangeant. Touchant. Inoubliable. Voilà ce qui caractérise ce film.

 

Encore ?

 

Je ne pense pas aller le revoir au cinéma parce que de toute façon, il ne passe quasiment plus. Mais je vais très certainement l'acheter en DVD !

 

Publié dans Comme au cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article