"Le rire du Cyclope" Bernard Werber

Publié le par Hanaelle

http://genma.free.fr/IMG/jpg/RireCyclope_200.jpg


Présentation de l'éditeur


Darius, humoriste célèbre et coqueluche du tout Paris, s’effondre dans sa loge à l’issue d’une représentation à L’Olympia. Quelques minutes avant sa mort, le pompier de garde l’a pourtant entendu éclater de rire…Journaliste au Guetteur moderne, Lucrèce Nemrod est sûre qu’il ne s’agit pas d’une mort naturelle. Son complice, Isidore Katzenberg, qui vit toujours dans son château d’eau, entouré de dauphins, est persuadé qu’il faut remonter aux origines du rire pour mener à bien cette enquête…Un roman werbérien à la fois malin et savant, où l’on retrouve deux de ses héros favoris : Isidore Katzenberg et Lucrèce Nemrod. Après le chaînon manquant et le cerveau, l’étrange phénomène du rire est au centre de leur nouvelle enquête.


Quatrième de couverture

 

Un coffret renferme l'arme absolue. La plus inattendue. La plus imparable. Le célèbre comique, le Cyclope, est mort d'avoir voulu le posséder. On e l'ouvre qu'à ses risques et périls... Après "Le père de nos pères" et "L'ultime secret", une nouvelle enquête de Lucrèce et Isidore au coeur d'un des grands mystères humains: le rire.

 

• Broché: 618 pages

• Editeur : Editions Albin Michel (29 septembre 2010)

• Collection : LITT.GENERALE

• Langue : Français

• ISBN-10: 2226215298

• ISBN-13: 978-2226215291

 

Pourquoi ce livre ? 

 


Premièrement je suis une grande fan de Werber. Deuxièmement, j'ai trouvé ce livre sur une brocante et j'ai été ravie car j'avais un peu décroché de mes achats Werberiens. A ce prix là, on n'hésite pas !Enfin, troisièmement, je participe au challenge "Bernard Werber"


http://img.over-blog.com/600x150/4/32/22/14/Werber.jpg


De quoi ça parle ?


Darius, surnommé le Cyclope ou le français le plus aimé des français, humoriste de son état est tué juste après une de ses représentations. Tout le monde croit à une crise cardiaque, sauf Lucrèce, persuadée qu'il s'agit d'un meurtre. Elle va donc enquêter sur cette affaire en compagnie de son vieil ami et collègue, Isidore. Cette enquête mènera les deux compères à rechercher les fondements de l'humour. 


Et t'en penses quoi ? 


C'est du Werber, donc par principe j'adore. Voilà, ça c'est dit. 

Cependant, les aventures de Lucrèce et Isidore n'ont jamais été mes préférées. Je ne sais pas pourquoi, j'accroche moins que sur d'autres livres comme "les Thanatonautes" ou "les fourmis". Je pense que c'est le côté enquête qui me bloque. Je ne suis définitivement pas attirée par les thrillers....

L'auteur nous fait mijoter des réponses à trois questions différentes:


  • Qu'est-ce que le GLH ? 
  • Qu'est ce que la BQT, cette fameuse blague qui tue ? 
  •  Pourquoi rit-on ? 

 

Malheureusement et c'est ma grosse déception de cette lecture, il ne répond qu'à deux de ces trois questions. Et ça, c'est moche !! Je veux connaître la réponse à la troisième !!!!

Cela étant, il explique à la fin du livre pourquoi il a choisi de ne pas y répondre.  Ok, je peux comprendre mais c'est trop méchant ! Et d'ailleurs, même les deux blagues d'explications elles sont méchantes... Ok, je m'égare lol... 

ça ne doit pas être mon type d'humour, voilà tout...


Au niveau écriture, on retrouve du Werber. Un style rapide et efficace. Les chapitres alternent entre l'histoire principale, des blagues et une page historique de l'humour. 

Cela peut être un peu lourd à la longue, surtout les blagues car il y en a certaines qui sont assez connues. 


On en apprend beaucoup plus sur Isidore et Lucrèce (surtout elle) ce qui nous permet de comprendre le pourquoi de ce caractère si trempé. On suit aussi l'évolution de leurs sentiments réciproques. D'ailleurs j'avais oublié des tas de choses qui s'était passé dans l'ultime secret... J'ai aimé Isidore toujours aussi coincé qui au final se rend compte qu'il n'est pas si insensible que cela aux charmes de Lucrèce. Et il résiste... Il résiste... Et... Et vous verrez si vous lisez ^^


L'enquête en elle même est convenablement conçue bien que présentant quelques longueurs parfois. Et puis sur la fin je me confondais un peu les suspects donc c'était pas évident, mais bon, ça a été quand même. 

Werber fait toujours régulièrement rapport à d'autres de ses livres, ce qui peut agacer à la longue. Pour ma part, cela ne m'a pas plus gênée que cela et il m'a même donné envie de lire "Le miroir de Cassandre" (que j'aurais lu de toute manière)

Ah et un détail sur l'environnement d'Isidore m'a surpris. Il n'y a que moi qui trouve choquant que trois dauphins et un requin cohabitent dans un château d'eau ? 


En conclusion ?


Un bon livre que je conseillerais à tous les fans de Werber ou d'enquête policière, ou tout simplement à ceux qui se posent au moins une des trois questions ci-dessus. Cela étant, ce n'est pas son meilleur pour moi. On a pas encore atteint le Werber de mon coeur. Dommage. 

Publié dans Chronique littéraire

Commenter cet article

Aurélie. 31/08/2011 13:26



Ce livre fait partie de ma pile à lire et ton avis m'encourage assez à le lire. J'aime beaucoup Werber et j'aime assez bien les enquêtes policières donc il y a de l'espoir =).



Hanaelle 31/08/2011 19:50



C'est un livre sympa. Si tu as déjà lu et aimé "Le père de nos pères" et " l'ultime secret", tu aimeras ^^


 



Niënor 11/08/2011 12:00



D'accord avec toi : Les Thanatonautes comme Les Fourmis sont bien meilleurs !



Hanaelle 15/08/2011 12:31



Tout à fait !! J'espère que son nouveau sera à la hauteur ^^