Le chemin des âmes de Joseph Boyden

Publié le par Hanaelle

 http://www.livraddict.com/biblio/couverture/couv71944217.gif

 

Présentation de l'éditeur

 

1919. Une vieille femme a fait un long voyage en canoë depuis le nord de l'Ontario pour accueillir l'un des jeunes hommes qu'elle a vus partir pour la guerre, plusieurs années auparavant. Mais celui qui descend du train n'est pas le garçon qu'elle attendait... C'est son neveu Xavier, son seul parent, que Niska tenait pour défunt et qu'elle décide de ramener chez elle. Ou plutôt son ombre car malade, infirme, et dépendant de la morphine, l'esprit de Xavier erre entre le monde des vivants et celui des morts. Qu'est-il arrivé à Elijah, son meilleur ami, celui avec lequel il est parti combattre sur les champs de bataille de France et de Belgique ? Comment Xavier est-il revenu avec l'identité d'un autre, celle d'Elijah ? Alors qu'ils s'enfoncent dans les étendues sauvages, Niska réalise qu'elle doit absolument faire quelque chose pour maintenir Xavier en vie, pour le sauver...

 

Poche: 470 pages

Editeur : Le Livre de Poche (6 mars 2008)

Collection : Littérature & Documents

Langue : Français

ISBN-10: 2253119849

ISBN-13: 978-2253119845

 

Pourquoi ce livre ?

 

C’est un livre qui m’a été offert pour l’achat de deux poches, il y a quelques mois. L’histoire m’a tout de suite plu, mais je ne l’aurais pas lu tout de suite s’il n’y avait pas eu le challenge de Calypso, le dorénavant célèbre :

 

http://uppix.net/f/0/2/e7f5ef0f8e0f1b9acada323af35e7.jpg

 

Et ce mois-ci, le mot est âme

 

http://nousonveutdire.n.o.pic.centerblog.net/o/f17dd31c.jpg

 

De quoi ça parle ?

 

On suit l’histoire de Xavier, revenant de la première grande guerre, avec toutes ses horreurs et ses cauchemars. Tentant de le garder près d’elle, Niska, sa tante, lui raconte son histoire, sa jeunesse dans la forêt, avec les coutumes indiennes, sa solitude, sa vie heureuse, lorsqu’elle a recueilli le fils de sa sœur. Lui.

Et les souvenirs se mélangent, jeunesse de Niska et de Xavier contre guerre destructrice. Jusqu’à la fin…

 

Et t'en penses quoi ?

 

Ouaouh ! Je le finis juste à l’instant et j’en ressors avec des tas d’images toutes plus horribles les unes que les autres. C’est la première fois que je lis un livre se passant lors de la première guerre mondiale (d’habitude, je lis la deuxième) et… Et les tranchées ce n’était pas joli… Le livre fait bien ressortir toute l’horreur de la guerre. Le bruit incessant, les morts à chaque minute, la peur, le doute. La folie humaine qui s’empare de tous. La morphine, omniprésente qui permet d’oublier, le rhum aussi.

Et puis, un chapitre sur deux, Niska raconte sa jeunesse à Xavier. Les coutumes indiennes, elle qui fait partie d’une lignée de tueuse de windigos. La discrimination affreuse des blancs contre les indiens. La christianisation et son refus de s’y soumettre. Son envie de perpétuer ses traditions.

Et le tout se mélange à mesure que Xavier écoute sa tante ou se remémore le front. Et un quiproquo affreux se fait jour. Et l’on comprend peu à peu ce qu’il s’est passé.

 

L’écriture est franchement parfaite. On imagine sans peine chaque mouvement, chaque bruit, chaque lieu. C’était d’autant plus facile pour moi que je connais les villes citées. Arras, Douai, Amiens, Lens…

On est dans la tête de Xavier, mais parfois, on sait aussi ce que ressent Elijah (son meilleur ami) ou Niska. Les pensées se mélangent et on découvre le point de vue de chacun sur la situation. Mais la folie qui prend les hommes ne semble pas devoir s’arrêter et au moment où l’on se noie de désespoir, la guerre est terminée.

Ce qu’il faut maintenant, c’est se reconstruire. Mais comment faire quand on a tout perdu là-bas ? Comment continuer à vivre ?

Dans le livre, on apprend que chez les Crees, le chemin des âmes (le chemin que doit parcourir un mort avant de trouver la paix) dure trois jours. Et c’est bien durant ces trois jours que Xavier va devoir choisir son chemin. Entre vivre ou mourir…

 

C’est un livre qui va me marquer profondément, je crois. Je garde en moi ces images que j’ai imaginé, si réelles, que j’en frémissais durant ma lecture. J’ai grandement apprécié, les petites pauses que procurait Niska et ses souvenirs car elles permettent de souffler et de découvrir un peu de la culture Cree. J’ai toujours été fasciné par les indiens et cela m’a permis d’en apprendre un peu plus sur leurs coutumes. Je trouve d’ailleurs assez incroyable cette discrimination, cette envie que tout soit comme les blancs veulent sans laisser le droit aux indiens de vivre comme ils l’entendent.

Païen… Quel mot affreux pour désigner quelqu’un qui n’a tout simplement pas les mêmes croyances que les leurs.

Mais même en étant païens, Elijah et Xavier arrivent à se faire une place dans l’armée. Habitué à la chasse, ils deviennent des tireurs d’élite particulièrement doués.

 

En définitive, il se lit assez vite. Je suis rentrée tout de suite dedans, et je l’ai lu vraiment rapidement. J’avais hâte de savoir ce qu’ils s’était vraiment passé. Comment, ce que l’on apprend au début a pu se produire. Comment alors que l’on le pensait mort, c’est Xavier qui descend sur le quai de la gare ?

Non vraiment, c’est un livre poignant qui vous prend et ne vous lâche plus. Ce n’est pas un coup de cœur parce que je ne peux pas qualifier ainsi, un livre qui montre la folie des hommes à ce point. Mais il restera dans mon cœur à jamais. Et je n’irais plus dans ces régions sans y penser, ça c’est sûr !

 

En conclusion ?


 Un livre à lire pour qui est intéressé aux guerres, aux coutumes indo canadiennes ou bien la folie humaine. Il traite le sujet sans merci. Sans en rajouter non plus. Juste ce qu’il faut d’horreur pour que cela reste gravé en nous. Pour faire comprendre que l’on ne revient jamais de la guerre comme on y est allé.

Pour ma part, j’ai une pensée pour toutes les âmes qui ont disparues dans les tranchées. Tous ces enfants qui auraient pu vivre une vie normale. Se marier. Avoir à leur tour des enfants. Pour ces pères qui ont tout perdus.

On oublie trop souvent leurs sacrifices qui font que notre monde est plus ou moins en paix aujourd’hui. Et ce livre, me rappelle leurs mémoires.  

 

Publié dans Chronique littéraire

Commenter cet article

mimipinson 04/06/2012 15:53


J'ai tenté de le lire pour le même challenge...... une centaine de pages à m'ennuyer frôlant même l'anesthésie !!!!


Un auteur visiblemt pas pour moi, "les saisons de la solitude" ayant, il y a quelques années le même effet désastreux.

Hanaelle 04/06/2012 15:55



Comme quoi on ne ressent vraiment pas les mêmes choses selon les gens ^^ Moi il m'a pris tout de suite et il m'a emporté